OpenStreetMap fait sa conférence: le State of the Map 2018

  • OSM
  • OpenStreetMap

Fin juillet dernier a eu lieu la conférence annuelle internationale d’OpenStreetMap à Milan, le State of the Map! Voici quelques faits marquants sur l’évolution du projet OpenStreetMap et quelques liens utiles dans cet article. De nombreux compte-rendus de la conférence (blog, journal d’utilisateurs, …) sont listés sur cette page. Le programme des interventions est disponible ici et la plupart des présentations ont été enregistrées.

Bientôt les tuiles vectorielles sur openstreetmap.org?

L’idée circule depuis un moment déjà: passer aux tuiles vectorielles pour le site vitrine openstreetmap.org. Actuellement, sur openstreetmap.org on voit une carte qui n’est qu’une représentation de la base de données d’OSM et qui est rendue en tuiles matricielles. Cette carte n’est qu’un rendu parmi d’autres disponibles, mais il est évidemment le plus “connu” et est habituellement pris par ceux qui découvrent OSM comme le projet en lui-même, alors que la base de données OSM est bien plus riche que ce rendu. En effet, OSM est avant tout une base de données géographique ouverte, à partir de laquelle on peut dériver une infinité de cartes différentes et des géoservices (calculs d’itinéraire, recherche d’adresses, etc.). Mais pourquoi les tuiles vectorielles sur openstreetmap.org? Parce que cela permettrait, beaucoup plus facilement qu’avec des tuiles matricielles, de créer ses propres fonds de cartes à partir des données d’OSM, et donc de proposer des milliers de cartes thématiques et de faire foisonner davantage de styles cartographiques. De plus, des cartes vectorielles peuvent s’adapter à la langue de l’utilisateur, alors qu’il est nécessaire de générer des tuiles matricielles pour chaque version d’une carte multilingue (comme celle d’osm.be). Avec des tuiles vectorielles, le rendu s’applique côté client, et non plus côté serveur qui génère les tuiles matricielles.

Une (r)évolution souhaitée par Richard Fairhusrt dans un article de blog publié juste avant le State of the Map. Cet article intéressant résume également l’évolution d’OSM depuis ses débuts et revient sur les récents débats au sein de la communauté (contributions humaines vs “machine”). La discussion a été approfondie lors de la conférence au cours de sessions informelles et discuté par après ici et .

Noeuds, lignes, relations … une évolution du modèle de données

Une annonce lors de ce SOTM: une évolution (pas une révolution) du modèle de données d’OpenStreetMap. Le modèle actuel repose sur 3 entités, des noeuds, des lignes et des relations. Il existe plusieurs limitations dans ce modèle qui a peu évolué depuis le début d’OSM. La principale proposition est de passer les noeuds d’une ligne à l’entité “ligne”, et donc de supprimer leurs existences propres en tant que noeud. Un changement qui devrait considérablement diminuer le temps de déployement de certaines infrastructures (notamment dans l’étape d’import avec osm2pgsql) quand on sait que 98% des noeuds d’OSM appartiennent à des lignes. Cela permettra également que la version d’une ligne soit incrémentée lorsqu’un de ses noeud est déplacé (ce n’est pas le cas actuellement). Une autre proposition est de faire (enfin) une distinction entre lignes et polygones qui n’existe pas formellement dans OSM, en rajoutant par exemple un attribut “area” dans les objets polygones. La réflexion se trouve ici.

OpenStreetMap My Business

Successeur d’onosm.org, OSMMyBiz (attention, fonctionne uniquement en Suisse) est une interface web toute simple qui permet d’éditer directement ou via une note OSM les informations d’un commerce/bar/restaurants. Ce nouvel outil est présenté comme une alternative à l’utilisation de GoogleMaps par les propriétaires de commerces, qui contribuent gratuitement aux bases de données de Google en laissant à Google la propriété de leurs propres données. OSMMyBiz est donc une voie d’entrée simple pour les propriétaires, ou mieux des associations de commerçants / agences de développement local, pour mettre à jour leurs informations et les rendre disponibles dans la foule d’outils basés sur OSM (Maps.me, OSMAnd, …). L’outil est disponible en open-source. Une alternative plus que nécessaire à Google Maps/Trip Advisor. On doit juste le traduire en Français/Néerlandais pour le rendre disponible en Belgique.

Facebook, Microsoft et Apple sur OSM

Les GAFAM s’intéresse à OSM. Des employés de Facebook & Microsoft étaient présents en nombre à cette conférence. Il y a eu en outre des talks remarqués de la part d’Apple, de Microsoft et Facebook, qui tous aujourd’hui contribuent activement à OSM afin d’améliorer leurs propres services cartographiques. Ces contributions ne sont pas acceptés sans scepticisme de la part de la communauté, en particulier les pratiques de Apple qui viole les régles d’attribution d’OSM. Seul Google échappe encore à cet engouement, sans doute parce OpenStreetMap est un concurrent direct de GoogleMaps et qu’une intégration des deux produits signifierait l’abandon des licences restrictives de GoogleMaps.